Santé

Utérus contractile

Lors de la grossesse, vous pouvez ressentir des contractions douloureuses ou non au niveau du ventre. A l’hôpital, on peut diagnostiquer un utérus contractile. De quoi est-il question concrètement ? Comment fait-on face à l’utérus contractile ? Je vous donne ici des infos utilise afin d’être mieux située.

 

Quand parle-t-on d’utérus contractile ?

Il faut savoir que l’utérus est fait d’une couche épaisse de muscle lisse. Les spécialistes appellent cette couche le myomètre. A l’intérieur de celui-ci, on a une muqueuse appelé l’endomètre. Les modifications lors du cycle utérin sont uniquement l’endomètre. L’utérus peut être touché par des contractions. Chaque femme peut constater cela pendant les règles. Ces contractions provoquent des douleurs plus ou moins intenses. Par ailleurs, pendant la grossesse (4e mois), la femme enceinte peut ressentir des douleurs. Vous n’allez pas ressentir de douleurs particulières. Elles ne ressemblent pas aux contractions de l’accouchement. Ces contractions ont une durée limitée (entre 30 et 60 secondes). On parle dans ce cas d’utérus contractile.

Il s’agit de contractions anormales qui la femme enceinte pourra constater. Alors, elle pourra sentir son une contraction au niveau de son ventre. Cependant, chez certaines femmes en grossesse, les contractions peuvent passer inaperçues. Heureusement, elles peuvent être décelées au cours d’un examen obstétrical à l’hôpital. N’hésitez donc pas à consulter en cas de doute afin d’avoir l’esprit tranquille. Bien sûr, il ne faut pas paniquer si vous constatez plusieurs contractions de l’utérus. Une prise en charge est possible.

 

Est-ce dangereux pour la grossesse ?

Avec le nombre de fausses couches qui se multiplient, la moindre douleur anormale peut donner des soucis à la femme enceinte. Le gynécologue pourra évaluer les risques de ces contractions sur votre grossesse. Il va prendre en compte certains critères tels que : l’intensité des contractions et aussi leur nombre. Son diagnostic sera également basé sur une échographie du col de l’utérus. Un toucher vaginal peut s’avérer utile. Après tout cela, il vous situera sur les conséquences de ces contractions au niveau de la grossesse. On peut dormir tranquille parce que de nombreuses femmes ont un utérus contractile sans danger pour le fœtus.

 

Trois (3) trucs à savoir pour une prise en charge

Tout d’abord, une surveillance est nécessaire dans le cas où il est établi que ces contractions peuvent avoir une incidence sur la grossesse. Le spécialiste pourra faire appel à un traitement médicamenteux. Afin de limiter les contractions. Il y a deux (2) sortes de médicaments à prescrire. On a les antispasmodiques et les tocolytiques. Les premiers servent à combattre les spasmes musculaires responsables des contractions. Les seconds permettent d’atténuer les contractions utérines. Dans d’autres cas, on prescrit un traitement à base de corticoïdes. Cela concerne les grossesses en dessous de 34 semaines.

 

Quelques précautions à prendre

  • Ne pas s’adonner aux activités physiques intenses
  • Limiter les activités domestiques
  • Évitez le port de charges
  • Limitez les déplacements en véhicule
  • Se reposer
  • Respecter les consignes de la sage-femme et du gynécologue

Consultez en cas de doute !

Rate this post

Articles en relation

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular

Copyright © 2019

To Top