Maison

Comment fonctionne une micro station d’épuration ?

Bonjour à toutes et à tous, nous avons du mettre aux normes notre fosse toutes eaux qui commencé à dater… Nous nous sommes renseigné sur l’assainissement, c’est très compliqué pour trouver le meilleur investissement, à la fois un peu écolo, de qualité et qui fonctionne bien. Nous avons donc opté pour une micro station, la meilleure marque (enfin celle qui nous semble hihi) : Purestation. Voila toutes les infos que j’ai pu trouver :

Sur le marché depuis 2010, la micro-station est une solution d’assainissement des eaux usées lorsque l’on n’a pas accès au tout à l’égout. Avant d’être rejetée en milieu naturel (fossé, rivière, marre) les eaux usées et vannes de votre habitation doivent être traitées.

Comme elles font partie des filières d’agrément d’assainissement individuel, pour être conforme toutes les micro stations ont besoin d’un numéro d’agrément national attribué par le ministère de l’environnement ou de la santé.

Le principe est une détérioration des particules par des micro-organismes (bactéries). Ces bactéries sont favorisées par une oxygénation, créée par générateur d’air comme le compresseur ou autres mécanismes.

Ce type d’assainissement est un assainissement compact qui remplace les assainissements traditionnels comme les épandages et les tertres.

Une micro-station peut être installée seulement sur une habitation principale. Une pose sur une habitation secondaire est interdite car elle a besoin d’un apport en bactéries continue.

Le dimensionnement

Pour l’assainissement individuel, depuis l’arrêté du 7 mars 2012 le dimensionnement se fait par mesure du nombre d’équivalent habitant (EH) maximum de l’habitation. Chaque micro-station est construite selon des normes strictes et est dimensionnée pour un nombre d’EH précis.

Le calcul du nombre d’équivalent habitant se fait grâce à la capacité maximale d’accueil d’habitant. Un équivalent-habitant équivaut à 1 pièce principale Il est donc égale au nombre de pièces principales  (Selon l’article R. 111-1 du code de la construction et de l’habitation« Un logement ou habitation comprend, d’une part, des pièces principales destinées au séjour ou au sommeil, éventuellement des chambres isolées et, d’autre part, des pièces de service, telles que cuisines, salles d’eau, cabinets d’aisance, buanderies, débarras, séchoirs, ainsi que, le cas échéant, des dégagements et des dépendances ».)

En fonction du nombre de personne maximum pouvant habiter la maison, les volumes d’eau usée à traiter varient, le dimensionnement est donc très important.

Réglementation

En France, avant tout rejet, la loi nous oblige à épurer l’eau. Lorsque l’on n’a pas d’accès au tout à l’égout il est impératif de mettre en place un système d’assainissement non collectif aussi appelé assainissement individuel.

Comme ce sont des filières agréées, les micro stations doivent respecter des normes et une réglementation stricte.

Toutes installations ayant un rapport avec l’assainissement non collectif doit être contrôlé par un SPANC (Service public d’assainissement non collectif), il va vérifier la conformité des systèmes déjà présents et valider ou non les projets de réhabilitation. Un deuxième passage du SPANC se fait après les travaux pour en vérifier la conformité.

Le bon fonctionnement du système dépend aussi des obligations de :

  • Garder à distance toute zones de passage ou de stationnement de véhicules.
  • S’éloigner d’un minimum de 5 mètres de vos fondations et de tout arbre ou végétation.
  • Conserver le système étanche et imperméable à l’eau et à l’air.
  • Veiller à ce que les eaux de pluies ne s’y mélangent pas.
  • Maintenir en toute circonstance un accès aux ouvertures.
  • S’assurer régulièrement de l’entretien.

Le fonctionnement d’une micro-station :

Dans une micro station, comme dans une station d’épuration urbaine, le traitement de l’eau se fait grâce aux bactéries et aux enzymes présentent dans les eaux usées. Ces derniers vont détruire les matières organiques.

En règle générale, les micro-stations sont composées d’une cuve séparée en deux ou trois parties. Il est possible d’avoir une micro-station en plastique ou en béton. Sachant que le plastique a une meilleure qualité de vie que le béton qui va se dégrader peu à peu dans le temps :

  • La fosse toutes eaux va être utiliser pour séparer les boues de l’eau (elles vont tomber au fond de la cuve) qui seront stockées dans ce compartiment. Ceci est appelé la décantation. Ensuite les eaux sont redirigées vers le compartiment suivant.
  • Le traitement secondaire: grâce à un compresseur ou une turbine, de l’oxygène est envoyé dans la cuve. Ceci va servir à brasser les particules et les bactéries. En rentrant en contact les bactéries vont dépolluer l’eau en détériorant les particules. Cette oxygénation va également permettre de maintenir en vie les bactéries apportés par les matières.
  • L’évacuation des eaux: S’il reste des matières fécales dans le dernier compartiment, elles se décante de l’eau et sont redirigées vers les étapes précédentes pour resubir le traitement. C’est ce qu’on appelle la recirculation. L’une des recirculations est dirigée vers le bassin de réaction afin de ne pas s’appauvrir en biomasse, l’autre vers le décanteur primaire afin de stocker l’excès de boues secondaires produites .Les eaux claires (traitées) sont ensuite rejetées soit par infiltration dans le sol, soit en cours d’eau (rivière, ruisseau) avec l’accord du SPANC..

Il existe deux grandes familles de micro-stations :

Les micro-stations à culture fixée : les bactéries sont fixées sur des supports ;

Les micro-stations à culture libre : les bactéries sont en suspension dans l’eau et la boue.

Il est important de savoir que les micro-stations à culture fixée supportent nettement mieux les variations de charges. Ce changement peut provenir d’une absence temporaire de boues ou à l’inverse, à l’augmentation de personnes dans l’habitat.

Micro station à culture fixée

Lors de la culture fixée les bactéries sont accrochées sur des supports.

Les micro stations à culture fixée sont la plupart du temps composées d’une cuve compartimentée en 3 parties où l’eau circule pour être traitée. Chaque compartiment représente une étape de traitement.

Dans la famille des cultures fixées il existe deux sous familles, la culture fixée sur supports fixes et la culture fixée sur supports mobiles.

Culture fixée sur support fixes.

Ici le traitement se fait grâce à une culture de bactéries fixée sur un support immobile dans la cuve.

  • Etape 1 Le prétraitement : Le premier compartiment appelé fosse toutes eaux est fait pour recueillir les eaux usées. Un processus de décantation va alors commencer, les boues vont couler au fond de la cuve et se séparer de l’eau. Ce compartiment va également stocker les boues, l’eau usée décantée de sa matière va être transférée dans un second compartiment grâce à un système d’air lift.
  • Etape 2 Le traitement : L’eau usée arrive dans le compartiment de traitement où se trouve la culture de bactéries fixées (immobiles) sur des supports. Ce compartiment est aéré par un générateur d’air ou une turbine en mouvement qui permet de maintenir en vie les bactéries. Ce sont ces dernières qui vont détériorer les particules pour diminuer la pollution de l’eau.
  • Etape 3 Clarification : Les eaux circulent ensuite dans le bassin final, c’est l’étape de clarification. Avec un procédé de décantation les quelques résidus de boues encore présents vont se décanter et se poser au fond du bassin. Les eaux claires (traitées) sont évacuées par la sortie tandis que les quelques résidus de boues posés dans le fond sont redirigés vers la première cuve grâce à un tuyau d’air lift. Le cycle de traitement se reproduit, c’est ce que l’on appelle la recirculation.

Culture fixée sur supports mobiles

La deuxième méthode de culture fixée est avec des support mobiles en mouvement constant dans la cuve, brassés par l’air. Le procédé est sensiblement le même pour la 1ère et 3ème étape, seul l’étape de traitement dans le deuxième compartiment de la station change.

Etape 2 : Le traitement : L’eau usée arrive dans le 2ème compartiment, aspirée par un air lift. La cuve est remplie de centaines de support. Les bactéries qui vont traiter l’eau sont fixées sur ces supports. Cette méthode combine le système de culture fixée et de culture libre car les supports sont mis en mouvement grâce à l’oxygénation du compresseur situé dans une armoire de pilotage située à l’extérieur. (L’air envoyé permet aussi aux bactéries de survivre)

Micro station à culture libre

Les micro-stations d’épuration fonctionnant en culture libres maintiennent dans un bassin aéré et brassé sans support l’eau usée et ses particules. Le brassage est réalisé par un compresseur ou une turbine afin d’harmoniser l’oxygénation.

Le système de traitement à culture libre ne contient aucun lit fixé de bactéries (les bactéries sont dans l’eau) et ne fonctionne que en tant que bio-réacteur.

Dans la famille des micro stations à culture libre il y a 2 sous familles :

  • Les boues activées
  • Les systèmes SBR (Sequencing Batch Reactor ou Réacteur Biologique Séquentiel)

Les boues activées :

Ce principe permet de traiter les eaux usées par un système de dégradation aérobique (avec oxygène). L’oxygénation se fait par un compresseur ou une turbine présente dans la cuve.

Le procédé se sépare en 3 étapes (phases) de traitement dans 3 compartiments distincts.

  • Etape 1 Le prétraitement : Séparation des boues, les solides sont séparés de l’eau (decantation)
  • Etape 2 Le traitement ou réacteur biologique : les eaux sont traitées par les bactéries présente dans l’eau, elles survivent et sont misent en mouvement grâce à l’apport d’oxygène via le compresseur situé dans une armoire de pilotage (externe) ou par une turbine en mouvement située dans la cuve.
  • Etape 3 Clarification et évacuation : Les eaux traitées sont évacuées par infiltration dans le sol ou vers un point d’eau (si autorisation). Il y’a également un système de recirculation qui renvoie aux premières étapes les quelques particules qui pourraient se trouvées dans la dernière cuve (pour les re traiter).

Le système SBR (Réacteur biologique séquentiel)

La principale différence avec le système de boue activées est que la réaction biologique et le traitement se font par séquence dans la même cuve. Le traitement se fait en plusieurs cycles. Il se décompose en 4 étapes :

  • Etape 1 L’alimentation : les eaux arrivent dans le contenant, il y a une séparation naturelle des matières solides et flottantes.
  • Etape 2 Aération : les effluents sont oxygénés et aérés ce qui les transforme en biomasse.
  • Etape 3 Décantation : toujours dans le même réservoir, la biomasse est mise au repos (arrêt de l’oxygénation) pour permettre une décantation, les eaux traitées remontent à la surface tandis que les boues se retrouvent au fond.
  • Etape 4 Evacuation : les eaux traitées sont évacuées soit par infiltration soit dans un point d’eau si autorisation.

➔ Les étapes 2 et 3 se passent dans la même cuve et sont répétées par cycle alterné pour clarifier l’eau.

Entretien

Pour veiller au bon fonctionnement du système, un entretien est obligatoire. L’entretien se sépare en deux parties, l’entretien régulier et l’entretien annuel.

L’entretien régulier

L’entretien régulier de la microstation est un entretien qui se fait au jour le jour, il faut prendre l’habitude de jeter un coup d’œil à votre station de temps en temps. Surveiller tous les jours n’est pas nécessaire, un passage toutes les 3/4 semaines suffira.

Cet entretien régulier consiste à vérifier que la station fonctionne bien, pour cela il faut être attentif aux bruits inhabituels dans le compresseur, aux mauvaises odeurs (les mauvaises odeurs sont le premier signe d’un dysfonctionnement).

Il faut également s’assurer que :

  • L’alimentation électrique n’est pas coupée ou endommagée
  • Le compresseur et la turbine fonctionnent normalement
  • Les systèmes d’alarme sonores et/ou visuels sont en actifs et en marche
  • Les ventilations ne sont pas bouchées par la végétation, des détritus, etc.

L’entretien annuel

L’entretien annuel consiste à vérifier le bon fonctionnement de l’ensemble du dispositif. Dans certains cas il peut être réalisé par le propriétaire du l’assainissement sinon par un professionnel.

Les points de contrôle changent en fonction des dispositifs, ils sont référencés au complet sur le guide d’utilisation propre à la station.

La vérification de ces points de contrôle va permettre de vérifier :

  • Les éléments électroniques
  • La qualité de l’eau à l’exutoire
  • L’état du matériel (compresseur, pompe, tampon etc.)
  • Les ventilations
  • La hauteur et la bonne circulation des boues
  • Les alarmes
  • L’exutoire

Avantages et inconvénients

Avantages

La micro station est le système le plus compact d’assainissement non collectif. Son installation et son entretien sont très facile, elle permet d’être installée sur des terrains difficiles ou de petite superficie.

Elle est écologique car le traitement se fait de manière naturelle ce qui permet d’éviter les produits chimiques.

De plus c’est un système autonome, elle va continuer de remplir son rôle d’assainissement jour après jour, seul l’entretien est nécessaire.

Inconvénients

Le premier inconvénient de la micro station est qu’elle ne peut être installée uniquement sur une habitation principale, en effet elle doit être alimentée en matière régulièrement pour procéder au traitement. Sans apport de matière les bactéries viendraient à mourir et à ne plus se renouveler.

Elle nécessite également un apport en électricité constant (23h/24)

Pour finir la micro station est assez sensible aux variations de charges de matière, une fluctuation inhabituelle dans la maison ou un départ prolongé peut impacter le fonctionnement du système.

Conclusion :

En conclusion la microstation, qu’elle soit à culture libre ou fixée est un dispositif efficace, autonome, compact et écologique. Elle doit être constamment (ou presque) alimentée en électricité. C’est une des solutions adaptées lorsque l’on est dans l’obligation d’assainir son eau sans avoir d’accès au tout à l’égout. (Installation sur habitation secondaire proscrite)

Le choix du dimensionnement se fera en fonction de votre nombre d’équivalent habitant. C’est un dispositif agrée complexe qui doit respecter des normes, les réhabilitations doivent être validées par un SPANC. La conformité de l’installation est également vérifiée après travaux.

Pour son bon fonctionnement, un entretien est impératif, il est conseillé de faire appel à une entreprise spécialisée.

Comment fonctionne une micro station d’épuration ?
5 (100%) 1 vote[s]
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular

Copyright © 2019

To Top