Le fibrinogène

Le fibrinogène est une protéine produite dans le foie qui est essentielle à divers processus, dont la coagulation sanguine, la cicatrisation, l’inflammation et la croissance des vaisseaux sanguins.
Il circule dans la circulation sanguine à des concentrations de 2 g/L à 4 g/L, de loin la concentration la plus élevée de tout facteur de coagulation sanguine. Chaque protéine se décompose après environ 6 jours dans le sang.

Le fibrinogène est une protéine de phase positive aiguë, ce qui signifie que sa production augmente en cas de blessure, d’infection et d’inflammation. La médiation est principalement assurée par des cytokines.

Qu’est-ce que le Fibrinogène ?

Le fibrinogène est une protéine présente dans le plasma sanguin qui joue un rôle vital dans la coagulation sanguine.
Les taux de fibrinogène sanguin peuvent être détectés à l’aide d’un test sanguin qui peut également être utilisé pour tester les taux d’autres agents et substances coagulants dans le sang.
Des taux anormalement élevés ou faibles de fibrinogène peuvent révéler un large éventail de conditions médicales, allant d’une prédisposition à un AVC à un trouble de saignement.
Lorsque le corps a besoin du sang pour coaguler, une réaction entre le fibrinogène et la thrombine se crée, transformant le fibrinogène en fibrine, une substance fibreuse qui se lie lentement pour créer un caillot de sang.

La coagulation peut se produire remarquablement rapidement, surtout au site d’une petite lésion. Une fois que le caillot a atteint son but, le corps brise le caillot.
Certaines personnes naissent avec une maladie connue sous le nom d’hémophilie, ce qui signifie qu’elles n’ont pas assez de fibrinogène. Ces personnes ont tendance à saigner librement et abondamment à la suite d’une blessure et sont sujettes aux ecchymoses et aux hémorragies internes.
Les taux de fibrinogène peuvent également contribuer à la thrombose, dans laquelle le sang coagule trop. Une coagulation excessive peut causer des accidents vasculaires cérébraux, des crises cardiaques et d’autres problèmes de santé. Elle peut également entraîner une coagulation intravasculaire généralisée, dans laquelle de nombreux petits caillots se forment dans tout le corps.

Il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles un médecin peut demander une analyse sanguine pour déterminer les taux de fibrinogène.
Si un patient semble souffrir d’un trouble de la coagulation, un test sanguin donnera au médecin une idée de ce qui peut être à l’origine du problème.
Le test peut également être utilisé pour surveiller la présence d’une maladie hépatique, une affection chronique qui peut entraîner des changements dans les taux de fibrinogène. Ces changements peuvent être utilisés comme marqueurs pour indiquer l’apparition de complications ou de problèmes.

L’intervalle normal pour le fibrinogène est assez varié.
Les concentrations peuvent fluctuer chez une personne en réponse à des réactions telles que des transfusions sanguines et des lésions systémiques, ce qui peut rendre difficile l’obtention d’une base de référence. Lorsque les résultats de laboratoire sont envoyés à un médecin pour interprétation, ces résultats comprennent généralement une  » fourchette normale  » qui donne les niveaux pour des patients d’âge, de taille et de poids similaires, corrigés des différences entre les sexes. Un clinicien peut déterminer que les niveaux apparemment élevés ou faibles d’un patient individuel sont en fait normaux, en raison des antécédents et de l’état du patient.

Quelle est la fonction de la coagulation ?

La coagulation est le processus biologique par lequel le sang durcit sous forme solide.
Il existe deux fonctions connexes et critiques de la coagulation.


Tout d’abord, il scelle toute violation de l’organisme principal protégeant le corps humain contre les agents externes nocifs tels que les germes.
Deuxièmement, il maintient l’intégrité du circuit fermé nécessaire à l’organisme pour fournir de l’oxygène et des nutriments à tous ses tissus par l’intermédiaire du système circulatoire. Ce processus est également commun à de nombreux animaux et peut être considéré comme la version naturelle d’un pansement.
Le sang est un ragoût visqueux de plusieurs cellules spécialisées différentes et de nombreux produits chimiques complexes qui circule dans les vaisseaux sanguins tubulaires.
Si la paroi d’un vaisseau est endommagée, par exemple lorsqu’elle est perforée à travers la peau ou par la force sans couper un objet secoué, la circulation sanguine est compromise par un saignement, plus communément appelé saignement.
La zone endommagée doit être immédiatement relié d’une manière ou d’une autre pour donner au vaisseau sanguin la chance de commencer l’hémostase et de revenir à un état normal d’écoulement sans perte de sang.
Du début à la fin, il s’agit d’un processus complexe impliquant des cellules sanguines uniques et des protéines chimiques, mais il s’agit essentiellement d’une cascade linéaire d’événements déclencheurs.
Lorsque le tissu endothélial, ou paroi interne d’un vaisseau sanguin, ressent un traumatisme, il se contracte pour restreindre le flux sanguin et minimiser le site endommagé.
Le tissu libère également une protéine appelée thromboplastine pour signaler sa détresse. Cela déclenche une réaction dans deux composants sanguins : des fragments cellulaires appelés plaquettes et une protéine appelée fibrinogène.
Une multiplicité de plaquettes est attirée et agrégée au site d’origine de la thrombokinase.
La réponse du fibrinogène à la thromboplastine est de se restructurer en une protéine différente appelée fibrine, qui adhère aux plaquettes.
En très peu de temps, une quantité suffisante de fibrine enchevêtrera l’amas plaquettaire pour créer une barrière solide appelée caillot.
Bien qu’il y ait beaucoup d’autres produits chimiques intermédiaires connus et d’autres étapes dans le processus, c’est brièvement la fonction principale de la coagulation – former un caillot, boucher un vaisseau sanguin endommagé.
Si la coagulation est réussie, le vaisseau sanguin se détend et son tissu endothélial amorce une réparation régénératrice.
Une fois complètement guérie, une enzyme chimique appelée plasmine dans le sang brise le caillot en dissolvant la fibrine qui le maintient ensemble.
Si le dommage a été causé par une blessure cutanée, la peau guérit également et la partie extrudée du caillot de sang se détache.
Les troubles de la coagulation comprennent l’incapacité de coaguler, comme l’hémophilie causée par le rare trouble de la coagulation, ce qui expose les victimes à un risque élevé de contracter des infections mettant leur vie en danger. Le trouble le plus courant est la thrombose, lorsqu’un caillot sanguin se déplace et se déplace dans l’appareil circulatoire, potentiellement pour bloquer et arrêter le flux sanguin vers des organes critiques tels que le cœur ou le cerveau.

Articles en relation

Laisser un commentaire